Vous avez certainement déjà vu sur les réseaux sociaux ou ailleurs sur le web, certains de nos frères footballeurs professionnels en Qamis (voir ici). Que ce soit Nicolas Anelka, Moussa Sissokho ou encore Jean-Alain Boumsong (voir photos ci-dessous), les images ont quand même bien circulé sur le web, prouvant par ici que ce geste ne laisse pas indifférent. Signe d’appartenance revendiqué à une religion ou simple style vestimentaire, le port de cet habit chez les footballeurs professionnels arrive à point nommé serait-on tenté de dire dans un contexte d’islamophobie des plus marqués. Orslane Paris analyse le phénomène du Qamis chez les footballeurs Muslims !

Le Qamis, un habit à la symbolique très forte

Oui, ce type de vêtement représente quelque chose de fort dans la communauté, et le fait que des footballeurs professionnels connus mondialement le portent en public représente vraiment un geste de fierté et d’opinion très important. En ces temps de morosité et d’islamophobie décomplexée, il faut avouer que des images comme celles-là font plaisir, et font chaud au cœur. La plus ancienne, et peut-être une des plus connues, est celle de Nicolas Anelka, alors accompagné de Didier Domi (ex-joueur du PSG aussi), qui arbore un joli Qamis blanc manches longues et une chachia sur la tête, en train d’observer des photos (lui aussi !). Didier Domi, peut-être moins connu mais tout aussi fier, porte le même habit, mais il semblerait que ce dernier n’est pas le même modèle que celui porté par  Nicolas Anelka. Dans un contexte très proche, mais encore plus prononcé, Jean-Alain Boumsong, l’ancien défenseur central des Bleus et de Glasgow Rangers. Celui qui a récemment endossé le rôle de commentateur TV sur la chaine sportive Beinsport n’hésite pas à poser en Qamis, auprès d’un frère portant la Sounnah (barbe et Qamis Allahoumma Baarik), dont la Ghutra (couvre-chef) laisse penser qu’il se trouve dans le Golfe. D’ailleurs, pour ceux qui suivent l’actualité de Jean-Alain Boumsong, on se rend compte qu’il a laissé pousser la barbe, et on entend dire qu’il fréquente régulièrement les mosquées de Lyon et de ses environs.

Le Qamis, un style de vie, une identité

Dans un cadre un peu différent, mais également sympathique, notre frère Moussa Sissoko, actuellement en exercice du côté des Spurs de Tottenham. L’ancien milieu de terrain de Toulouse et de Newcastle apparaît, dans une vidéo de promotion visible sur Youtube, en train de mettre en avant une autre marque de Qamis. Il y a également une photo (voir plus haut) où on le voit en train de poser fièrement avec un Qamis de sa marque préférée, prouvant par là son attachement à ses valeurs (après tout, il aurait pu refuser de porter ce Qamis pour cette marque, et de préférer rester « discret »). Avec un style différent des deux premiers, cette image montre un joueur jeune et dynamique, dans l’ère du temps, s’habillant avec un vêtement alliant pudeur, tradition et modernité, comme pour créer un pont entre hier et aujourd’hui, entre sa culture islamique et sa culture européenne. Par cet habit, il montre une identité, un mode de vie et de pensée, un style et une conviction qu’on apprécie.

Pour terminer, une piste de réflexion sur ce qui lie finalement ces trois joueurs. Le point commun entre ces 3 footballeurs, et qui peut être un début d’explication : ils ont tous les 3 évolué (ou évolue encore dans le cas de Sissoko) dans des clubs anglais, pays où la religion est beaucoup plus appréciée de manière générale, et où l’Islam plus particulièrement, est relativement bien respectée. Après des années outre-Manche, se sont-ils imprégnés des valeurs anglaises de melting-pot et de respect des coutumes étrangères ?

 

0
    0
    Panier