Parce que l’on ne fait pas que des Qamis de mariage (voir ici) chez Orslane Paris, on a voulu parler d’un sujet particulièrement important, qui occupe une grande place dans notre religion. Cette chose, c’est la Hijra. La Hijra, c’est une grande adoration auprès d’Allah, et c’est pourquoi nous avons voulu, en exclusivité, partager avec vous cette série de témoignages autour de la Hijra, et en particulier en Algérie. Entre joies et épreuves, entre tristesse et émotions, Orslane Paris vous emmène au sein d’un voyage pas comme les autres. Découvrez avec nous l’un des plus beaux moments d’une vie. Dégustation.

1 attentat, 6 millions de victimes

Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres : nous sommes le lendemain de la série d’attentats qui a bouleversé Paris. Que dis-je, le monde. Avec plusieurs attaques au même moment, dans des endroits hautement stratégiques, les terroristes ont créé un vent de panique sans précédent en France, et en particulier dans la capitale. Désormais, la donne a changé, les citoyens vont nous regarder (un peu plus) avec un regard différent. Les derniers esprits tolérants et éclairés ne tarderont pas à mélanger Musulman et terroriste, c’était prévisible. Mais comme à chaque fois, par défense de notre religion et amour pour notre Seigneur, nous ne manquerons pas de protéger celle-ci des accusations fausses et mensongères. Mais au quotidien, en effet, la donne a changé. Il faut désormais être très vigilant et faire preuve de patience. Grâce à ALLAH, les prêcheurs n’ont pas manqué de condamner ces atrocités commises par ces individus inconscients de leurs actes. Ils tuent des personnes, et en martyrisent des millions (parmi leurs frères et sœurs) par la même occasion. Plus destructeur, tu meurs…

Le Qamis et la barbe, des éléments importants

Quand on porte la barbe et le qamis, on risque d’attirer des regards de méfiance, de dédain, voire de haine. On a beau se dire qu’il ne faut pas écouter tout ce que disent les médias, mais un humain reste un humain. L’accumulation des images chocs et des scènes d’horreur résonnent encore dans toutes les têtes. La prudence et de mise lorsque l’on est amené à sortir. Malheureusement, la barbe et le qamis cristallisent encore beaucoup de préjugés et de fantasmes. Ils sont devenus le symbole vestimentaire du « fondamentalisme » dans leurs esprits, or, on ne cherche qu’à se rapprocher d’ALLAH (‘azza wa jal) par cette tenue. Difficile de faire entendre sa voix dans pareilles circonstances, vu la doxa ambiante et les approximations journalistiques dont la France est devenue spécialiste.

Par conséquent, faute de recul et d’esprit critique, nous sommes devenus – malheureusement – les cibles des pires insultes et accusations. L’habit ne fait pas le moine, mais dans les faits, c’est le cas. Les jours passent et l’ambiance se fait de plus en plus pesante. Nous sommes pourtant en région parisienne, là où la communauté musulmane est très représentée, mais bon… faut croire qu’on n’est définitivement pas chez nous. J’ose à peine imaginer le cas de nos frères et sœurs dans les petits villages reculés, qu’ils portent le Qamis ou le Jilbeb, la situation doit être pour le moins délétère. Qu’ALLAH nous assiste.