Pour ne jamais vous laisser seul et vous accompagner partout où vous êtes, le spécialiste du Qamis Orslane Paris a lancé il y a peu une série d'articles sur le mariage, et le parcours du combattant qu'il sous-entend. Voici le second volet.

El Hamdoulillah ! Enfin un frère me propose une sœur correspondant à mes critères. Moi qui ai fait les causes depuis plusieurs mois, on vient enfin de me présenter quelqu’un.

La fiche descriptive

J’appelle directement mon ami Moussa, je lui demande plus d’informations, il me dit qu’elle travaille dans un centre d’appels, jamais mariée, qu’elle recherche un frère qui me correspond ! Bon je ne vais pas trop me projeter car entre les critères et le ressenti, il peut y avoir un monde. Kheir in shaAllah, je demande alors le contact du mahram de cette jeune femme.

Quelques jours après, je vois au supermarché de ma ville devant moi à la caisse, un homme en qamis : c’était l’imam de la mosquée de mon quartier à qui j’avais fait part de mon intention de me marier. Je me demande s’il se souvient de moi, du coup, je prends mon courage à deux mains pour l’aborder. El hamdulillah, il s’est souvenu de moi ! Il me sourit et me dit : « Oui tu es le frère qui cherche à se marier, j’allais t’appeler cette semaine, j’ai un frère qui cherche à marier sa sœur, elle a 27 ans, elle est institutrice, d’une bonne famille… ». Alors moi qui cherchait durant des mois sans aucun retour, j’ai deux réponses en même temps ! Comment ça se passe ? Je le fait en mode speed-dating version muslim ? Non, je ne peux pas m’engager sur 2 chevaux en même temps... je risquerais de finir à pied et puis surtout ce n’est pas correct à mon sens.

Le choix cornélien

Je décide alors de dire à l’imam toute la vérité. Il me demande alors de revenir vers lui après la mouqabala avec la première sœur. Je le remercie, et je commence à préparer mes questions dans un coin de ma tête en vue de ma prochaine mouqabala. Petit bémol, je n’ai pas toujours pas le numéro du mahram. Je relancerai Moussa ce soir après la prière du Maghreb. Le soir, je croise Moussa à la sortie de la mosquée. Sur le chemin du retour, je lui demande où ça en est avec les coordonnées du mahram de la sœur. Il me répond « Ecoute, c’est compliqué, elle préférait discuter avec toi au téléphone ou que vous vous voyez avant… ».  Je lui explique que ce n’est pas du tout comme ça que je veux fonctionner. Du coup, je décline la proposition, tout en le remerciant d’avoir entrepris toutes ses recherches pour moi.

Voilà, ce n’est pas du tout aussi simple que ce que je pensais. Quand tu trouves enfin quelqu’un avec tes critères, il faut aussi qu’elle ait la même vision que toi de la mouqabala. Je rentre chez moi et je me dis que demain matin inchaa ALLAH j’appellerai l’imam pour lui demander si la sœur est toujours intéressée...