La préparation de mon départ

Tout d'abord, je me dois de vous restituer rapidement le contexte. J'ai décidé de prendre un nouveau tournant professionnel, souhaitant mettre la priorité sur la pratique de ma religion tout en travaillant. J'ai donc décidé de mettre un terme à mon expérience au sein de l’entreprise dans laquelle je travaillais depuis années. Le poste en question n'était pas horrible, mais les concessions sur notre religion ne devraient pas exister, et c'est pour cela que j'ai décidé de partir à la recherche d'un nouveau travail. Malgré un premier entretien qui ne s’est pas passé comme je l’espérait, je n'ai pas abandonné mes recherches pour autant, et je restais déterminé à trouver le poste idéal.

Tous les jours, je continuais à postuler à plusieurs annonces, et les lettres de refus s’enchaînaient avec des motifs toujours différents :  équipe complète, gèle des embauches, profil pas assez expérimenté ou bien trop expérimenté. Mon niveau d’expérience dans mon domaine est assez avancé, je ne suis pas considéré comme un junior, mais il me reste encore du chemin pour être considéré comme un senior. Bien qu’en bon termes avec les autres employés, j’ai cependant bien pris soin de dissimuler mon intention de quitter l’entreprise. En effet, une telle décision aurait pu être mal prise par le reste du personnel, ce qui aurait pu mener à une mise à l’écart de la part de mes collègues.

Un jour, en revenant de ma pause déjeuner (c'est à peu près le seul moment de la journée ou je n'actualise pas mes e-mails toutes les 5 min) je reçois un nouveau message d’une entreprise américaine, me signifiant une convocation pour un entretien. Bingo ! Les entreprises américaines sont très ouvertes, que tu sois juif, bouddhiste ou musulman tant que tu fais ton travail, on te laisse tranquille toi et ta pratique. Je me renseigne donc un peu sur l'entreprise, et je pause une matinée pour me rendre à l’entretien.

Le moment décisif : l’entretien d’embauche !

Le jour de l'entretien, je décide comme pour le premier d'y aller franco lorsqu'on me laisse la parole. J'ai été reçu par un américain nommé John (heureusement que j'ai de bonnes bases en anglais) et un indien nommé Siq qui avait un turban rouge sur la tête. Lorsque j'ai vu cela, j'ai tout de suite été rassuré, car je me suis dit que dans cette entreprise, j'allais enfin pouvoir porter la large gamme de qamis homme que je possède !

L'entretien se passe très bien, on m'explique même que l'équipe s'arrange pour que les employés qui font le jeune durant le mois de Ramadan puissent adapter leurs horaires, qu'il y a une salle de prière ect... El hamdulillah j'avais enfin trouvé ce qu'il me fallait ! Je rentrais donc tout content à la maison pour annoncer la bonne nouvelle à ma femme !

Le lendemain, j’annonçais ma décision de quitter l’entreprise à mon supérieur, avec qui j’entretiens de bonnes relations. Bien que nous ayons négocier un mois de préavis afin de leur laisser le temps de me trouver un remplaçant, mon supérieur a très bien pris ma décision, et m’a même dit qu’il était heureux pour moi. Un mois plus tard arrive ENFIN la date de mon départ, je fais un joli pot de départ (sans alcool) mais avec une boisson bien connue des algériens :  Le selecto !

Quelques jours plus tard je commençais enfin mon nouveau travail et je pouvais enfin porter mon qamis au boulot ! Je dois vous avouer que la veille de ma prise de poste je n’ai pu fermer l’œil de la nuit ! Un peu comme les enfants, la veille de la rentrée scolaire. On a tendance à appréhender, à se poser beaucoup de questions sur les nouveaux collègues, l’ambiance etc.. En fait c’est tout simplement la peur de l’inconnu !

Quoi qu’il en soit, grâce à Allah j’ai enfin pu trouver un travail dans lequel je peux pratiquer ma religion sans faire de concessions, et cela, ça n’a pas de prix !