Comme vous le saviez, j’ai quitté un premier travail car j’avais pour objectif de ne plus faire de concession sur la pratique de ma religion. Mais j’ai assez rapidement trouvé un nouveau travail qui me permettait d’allier professionnel et religieux. Cependant les missions auxquels on m’affectait n’était pas compatible avec nos croyances, et c’est pour cette raison que j’ai décidé de mettre fin à cette expérience.

La patience

Ayant la ferme intention d’essayer de trouver quelque chose en rapport direct avec les pays arabes ou une start-up musulmane, je m’étais encore plus sectorisé pour être sûr de trouver ce que je cherchais. J’ai commencé à demander autour de moi, puis en parallèle je recherchais des offres dans les différents magazines de la communauté (oui, les offres d’emploi existe toujours sur ce format-là) puis j’ai découvert par l’intermédiaire de ma femme, qui elle aussi s’était auto-proclamée responsable des recherches, des sites ou plateformes d’emploi pour musulmans. J’ai déposé une annonce puis j’ai attendu.

J’ai attendu assez longtemps, mais en gardant toujours l’espoir qu’Allah puisse me donner une chose meilleure, et je me disais que c’était juste une petite épreuve que je devais endurer avec patience. Puis un jour, je marchais tranquillement en qamis dans la rue en me rendant à la mosquée, quand une main se posa sur mon épaule…

Le bouche à oreille

Au bout de cette main, c’était Ayoub, un frère qui travaillait dans une boucherie pas très loin de chez moi. Il me dit qu’un ami que nous avons en commun lui avait parlé du fait que je recherchais du travail dans l’informatique. El hamdulillah, je me dis qu’il ne fallait pas sous-estimer la communauté et que le bouche à oreille était peut-être une ancienne technique très peu utilisée (notamment quand un frère recherche le zawaj) mais qui restera toujours efficace. Ayoub, m’explique alors que la société de certification avec laquelle ils travaillent recherche un ingénieur, mais il ne sait rien de plus sur le poste. Il me demande alors si cela m’intéresserait, auquel cas il me donnerait mes coordonnées à la société. Bon, au départ je n’étais pas très emballé car ingénieur c’est comme si on te disait je recherche un médecin, très bien, mais dans quelle spécialité ? Un pédiatre ne peut pas être cardiologue. Eh bien c’est pareil pour ma branche. Mais qui ne tente rien n’a rien, je lui ai donc déposé le lendemain mes coordonnées ainsi que mon CV.

Deux semaines après, je reçois un coup de téléphone « Salam aleykoum, j’ai reçu ton CV de la part du jeune Ayoub, pourrait-on se voir après la prière de Dhor à la mosquée… ». Je venais donc d’obtenir un entretien !

Restez connecté pour découvrir la suite de mon histoire. En attendant n’hésitez pas à naviguer sur notre site pour découvrir la large gamme de qamis homme (voir ici) que nous proposons !